EpoPAIX : retour sur l’Université d’Eté des Centres Sociaux les 12, 13 et 14 septembre à Saint-Jorioz

une université d'été politique, poétique et joyeuse !Cela faisait plusieurs années que le thème de la violence / non violence était évoqué comme possible pour notre université d’été des centres sociaux.

Une fois le thème choisi, dans le groupe de préparation (15 personnes), nous nous sommes dits que :

La violence est du côté du constat : elle fait partie de notre monde, elle fait partie de moi. La question c’est ce que j’en fais, c’est ce que nous en faisons.

L’aspiration non violente est magnifique, elle peut, elle doit guider nos dynamiques collectives. « C’est Gandhi qui a offert à l’Occident le mot « non – violence » en traduisant en anglais en 1920 le terme sanscrit ahimsa, qui est usuel dans les textes de la littérature hindouiste, jaïniste et bouddhiste. Il est formé du préfixe négatif a et du substantif himsa qui signifie le désir de nuire, faire violence à un être vivant. L’ahimsa est la reconnaissance, l’apprivoisement, la maîtrise et la transmutation du désir de violence qui est en l’homme et qui le conduit à vouloir écarter, exclure, éliminer, meurtrir l’autre homme ». Jean Marie MULLER.

Il nous manquait néanmoins une vision générale : la PAIX. D’où ce jeu de mot poétique : EpoPAIX, le récit de la paix, la poésie de la paix. Cependant de quelle paix parlons nous ?

Dans le Yi-king chinois, l’hexagramme opposé à celui de la paix est celui de la stagnation. Symboliquement cela indique que la paix n’est pas un absolu, mais une recherche permanente, et que le conflit n’est pasl’opposé de la paix. Une démarche de paix ne vise pas à supprimer le conflit mais à le transformer, « à lerendre fécond » en extrayant toute la richesse qu’offre la confrontation des différences.

Donc pas de paix sans conflit. La lecture du livre l’éloge du conflit d’Angélique DEL REY et de Miguel BENASAYAG a profondément orienté la préparation de cette université d’été.

C’est cette histoire collective menée par le groupe de préparation (qui a permis de réussir pleinement cet événement : nous avons vécu un sacré week-end à 150 avec des rencontres, des échanges, du penser ensemble, des émotions partagées… Bref un joli cocktail pour cultiver « le monde de la joie » (Patrick VIVERET). Pour reprendre le conte présenté sur l’invitation, nous avons nourri « le loup bon, paisible, serein, généreux, vrai, rempli de compassion … » Tout un programme…

Principaux supports utilisés :

des contes, de « parler » en cercles, une interview d’Angélique DEL REY, philosophe, sur la question du conflit, des rencontres / ateliers, un jeu autour de l’installation du gouvernement mondial d’EpoPAIX, une interview de Patrick VIVERET, philosophe sur la question d’EpoPAIX comme programme politique (alors Buen vivir ? Convivialisme ?…)

Téléchargez les documents / témoignages :

Contes Anne Marie AGUETTAZ

Descriptif jeu du gouvernement mondial – EpoPAIX

La justice comme levier pour la réconciliation – Audrey LLOPIS-UE URACS-09 2014 –

Pays de Saillans vivant – Méthode

Pays de Saillans Vivant – Récit

plaquette Razafindranary – Solaz

Pour une culture européenne de commémoration 6mars2014

Présentation des ateliers

Témoignage de Masha Join-Lambert VoCE2014-2018

Ecoles Internationales de Paix F Mars 14

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*